pâte


pâte

pâte [ pat ] n. f.
paste 1226; bas lat. pasta; gr. pastê « sauce mêlée de farine »
A
1 Préparation plus ou moins consistante, à base de farine délayée (additionnée ou non de levain, d'œufs, d'aromates, de beurre) que l'on consomme après cuisson. Pétrir, travailler une pâte. Laisser reposer la pâte. Pâte qui lève. Pâte à pain. Pâte à frire. Pâte à beignets, à choux, à crêpes, à tarte. Pâte brisée, feuilletée, sablée.
Loc. Mettre la main à la pâte : travailler soi-même à qqch., aider. — Être comme un coq en pâte.
2 ♦ PÂTES (1805) , PÂTES ALIMENTAIRES : petits morceaux de pâte préparés avec de la semoule de blé dur et vendus prêts pour la cuisine. ⇒ coquillette, gnocchi, lasagne, macaroni, nouille, spaghetti, tagliatelle, tortellini. Pâtes à potage. vermicelle. Pâtes à farcir. cannelloni, raviole, ravioli. Pâtes aux œufs. Pâtes fraîches. Un paquet de pâtes. Pâtes italiennes. Pâtes au gratin, à la sauce tomate.
B
1Préparation, mélange plus ou moins mou ( crème). Fromage à pâte molle, cuite, fermentée, persillée, pressée. Pâte d'amandes. Pâte de fruits : friandise molle, très sucrée, faite de fruits. Pâte de guimauve. Pharm. Préparation pour usage externe, moins grasse que la pommade, contenant une grande quantité de poudre (talc, oxyde de zinc, kaolin). Pâte dentifrice. Pâtes pectorales.
Colle de pâte. Pâte à polir les casseroles. Pâte à papier. Carton-pâte. Pâte de porcelaine. PÂTE À MODELER :pâte malléable avec laquelle les enfants façonnent des objets. Boîte, bâtons de pâte à modeler. Pâte à sel, à base de farine et de sel, qui durcit à la cuisson. — Pâte de verre.
2(Employé seul) Matière molle, collante. bouillie. On nous a servi du riz trop cuit, une vraie pâte. colle; pâteux.
3En peinture, Couleurs mêlées et travaillées sur la palette; matière formée par les couleurs travaillées, sur le tableau. En pleine pâte. Ce peintre a une pâte extraordinaire.
4Loc. Une bonne pâte : une personne accommodante, de caractère facile et généreux. C'est une bonne pâte. « Je n'ai jamais rencontré de sujet plus docile : une très bonne pâte » (Bernanos). Une pâte molle : une personne sans caractère, soumise à toutes les influences.
⊗ HOM. poss. Pat, patte.

Pâté préparation composée de viande, de poisson, de légumes, etc., enfermée dans de la pâte et cuite au four.

pâte
n. f.
rI./r
d1./d Farine détrempée et pétrie dont on fait le pain, les gâteaux, etc. Pâte sablée, feuilletée.
|| Loc. fig., Fam. Une bonne pâte: une brave personne.
Mettre la main à la pâte: participer en personne à l'exécution d'une tâche.
|| (Afr. subsah.) Préparation à base de farine, de semoule ou d'igname, que l'on forme en boule et que l'on sert avec de la viande ou du poisson en sauce.
Manger la pâte et la sauce: manger à la manière africaine.
|| (Québec) Rouleau à pâte, à pâtisserie.
d2./d Substance de consistance analogue, résultant d'une préparation. Pâte à modeler. Pâte à papier.
Pâte dentifrice ou (France rég., Québec) pâte à dents: V. dentifrice.
(Afr. subsah.) Pâte d'arachide.
rII./r Pâtes alimentaires ou pâtes: petits fragments séchés d'une pâte à base de semoule de blé dur, auxquels on donne diverses formes (spaghettis, nouilles, etc.).

⇒PÂTE, subst. fém.
A. —1. Au sing.
a) Préparation alimentaire plus ou moins consistante et souple, à base de farine délayée, additionnée ou non de levain et d'autres ingrédients divers (beurre, oeufs, aromates) et pétrie, destinée à la cuisson pour faire du pain, des gâteaux ou divers mets salés ou sucrés. Malaxer, pétrir, travailler, laisser reposer, faire lever la pâte; aplatir, étendre la pâte au rouleau; pâte à pain, à pizza, à tarte, à beignets, à choux, à crêpes, à gaufres, à nouilles; pâte à frire; pâte brisée, feuilletée, sablée; pâte sans levain, crue, cuite, blanche, ferme, fine, homogène, légère, lourde. Céline permettait qu'il écornât discrètement la pâte de la tourte (ADAM, Enf. Aust., 1902, p.7). Les tartes aux pommes (...) dont la pâte avait un goût fin de cannelle (MOSELLY, Terres lorr., 1907, p.42):
1. ... la farine (...) tombait dans des cuves où de larges mains d'acier la pétrissaient, et la pâte coulait dans des moules...
A. FRANCE, Pierre bl., 1905, p.258.
b) Expr. et loc. fig., fam.
Une bonne pâte (d'homme, de fille...). Une personne bonne et accommodante; une personne docile. Il est trop bonne pâte; c'est une bonne pâte. Il n'est pas possible de voir une meilleure pâte de fille, une créature plus gaie, plus folle, plus ce qu'on appelle bonne enfant (COURIER, Lettres Fr. et Ital., 1805, p.696). Un enfant, répète-t-il, un véritable enfant, une très bonne pâte (BERNANOS, Soleil Satan, 1926, p.156).
De pâte molle (péj.). Sans caractère et sans énergie, qui se laisse facilement influencer. Synon. mou. La cousine de Saint-Amand, bonne personne de pâte molle, toujours gémissante, malade, à l'entendre, treize mois sur douze (POURRAT, Gaspard, 1922, p.108). Être une pâte, une cire molle. V. mou I B 2.
Mettre la main à la pâte. V. main 1re section I H 4 b.
Être comme un coq en pâte. V. coq1 A 1 a .
2. Au plur. Pâtes (alimentaires). Petits morceaux de pâte séchée à base de semoule de blé dur, de formes diverses (et aux dénominations variées selon la forme, vendus prêts pour la cuisine). Pâtes fraîches; pâtes aux oeufs; paquet de pâtes; pâtes au gratin, en timbale; jeter des pâtes dans l'eau bouillante; pâtes boulangères, alsaciennes, italiennes, torsadées; pâtes à l'italienne; pâtes à potage; petites pâtes. Un ancien fabricant de vermicelles, de pâtes d'Italie et d'amidon, qui se laissait nommer le père Goriot (BALZAC, Goriot, 1835, p.15). Je suis trop fatigué pour cuisiner moi-même... Alors, je ne sors pas des conserves et des pâtes (LENORMAND, Simoun, 1921, 3e tabl., p.18). V. lasagne ex. de T'Serstevens.
B. —[Sert à désigner des substances diverses, intermédiaires entre le solide et le liquide et des substances solides de consistance molle]
1. CONFIS., INDUSTR. ALIM.
a) Préparation comestible, à base de sucre, mélange plus ou moins mou. Pâte de fruits, de coings; pâte à la frangipane; pâte à meringues; pâte douce, onctueuse. Dans ce papier, (...) on met des loukoums aux pistaches, des pâtes d'abricots de Damas (FARRÈRE, Homme qui assass., 1907, p.83). Le patron jouait de l'accordéon comme s'il tirait sur de la pâte à berlingot (GIONO, Baumugnes, 1929, p.10). Les huesos de santos, friandises en pâte d'amande qu'on vend dans toute l'Espagne, la semaine de la Toussaint (T'SERSTEVENS, Itinér. esp., 1963, p.230).
b) Masse interne d'un fromage. Fromage à pâte fraîche, molle, ferme, dure, pressée, bleue, persillée. Le bouquet final des fromages. Tous, à cette heure, donnaient à la fois. C'était une cacophonie de souffles infects, depuis les lourdeurs molles des pâtes cuites, du gruyère et du hollande, jusqu'aux pointes alcalines de l'olivet (ZOLA, Ventre Paris, 1873, p.832).
2. a) Substance molle, préparation ou produit de consistance pâteuse, dans de nombreux domaines techniques, industriels et commerciaux. La brave femme était en train d'astiquer avec frénésie le loquet de cuivre de ma porte. Elle employait une pâte appelée tripoli, qu'elle étendait sur un papier, et frottait, et frottait (BENOÎT, Atlant., 1919, p.143). De la pâte à phosphore pour les rats (BERNANOS, M. Ouine, 1943, p.1437):
2. Quand il m'eut dûment étrillé, il prit sur la coiffeuse un petit pot, et se mit à m'oindre le corps d'une pâte rose. Toute fatigue parut s'envoler de mes muscles rajeunis.
BENOIT, op.cit., p.174.
SYNT. Pâte dentifrice, épilatoire, pectorale, réfractaire, à polir, à récurer, de guimauve, de jujube, de réglisse, de bois, de verre; colle de pâte.
Pâte à papier. Matière à base de vieux papiers ou chiffons, servant à la fabrication du papier. On colle sur la tuyauterie (...) une couche de pâte à papier (HATON DE LA GOUPILLIÈRE, Exploitation mines, 1905, p.494).
Pâte dorée. Synon. de carton-papier (v. ce mot rem. s.v. carton-pâte).
Pâte (de porcelaine). Kaolin, argile naturelle servant à la fabrication des porcelaines. V. kaolin ex. de Pérès. Pâte tendre. Argile fragile servant à la fabrication des porcelaines ou des biscuits. Un petit service de thé complet en vieux Sèvres, pâte tendre (BALZAC, Cous. Bette, 1846, p.95).
Pâte à modeler. Argile colorée pour jeux de modelage, vendue en bâtons de diverses couleurs. Faire de la pâte à modeler; boîte, bonbons de pâte à modeler. Des régiments de monstres, de bêtes, de gnomes, modelés en pâte et peints à l'aquarelle (LOTI, Rom. enf., 1890, p.213).
REPROGR. Pâte à polycopier. Substance gélatineuse sur laquelle on reproduit un manuscrit écrit avec une encre spéciale. Zaza lui prêta de la pâte à polycopier et de temps en temps, je collaborai; nous rédigions de sanglants pamphlets (BEAUVOIR, Mém. j. fille, 1958, p.124).
b) P. ext., péj. [Sans déterminatif] Matière molle, collante; masse informe. Synon. bouillie, colle. Une vraie pâte, ce riz trop cuit; réduire en pâte qqc. Leur sucre changé en sirop, leur biscuit réduit à une pâte humide, leurs habits et leurs couvertures ruisselants de pluie (VERNE, Enf. cap. Grant, t.3, 1868, p.87):
3. On piétinait dans une pâte gluante, dont il fallait, à chaque pas, ressortir. Le pied glissait; la main s'agrippait aux parois: elle aussi s'enfonçait dans la boue.
BENJAMIN, Gaspard, 1915, p.136.
IMPR. TYPOGR. Composition tombée en pâte. Composition dont les caractères sont brouillés ensemble. Synon. pâté (v. ce mot C 2). Un accident comme on allait mettre sous presse. Toute une forme en pâte! (COURTELINE, Client sér., 1897, I, p.7).
3. BEAUX-ARTS, PEINT.
a) Couleurs mêlées et travaillées sur la palette. Il s'emparait de la palette, s'amusant à voir rangés en rond dessus les petits entortillements de pâte, qu'il touchait du doigt avec respect (sachant que la couleur est chère) (RAMUZ, A. Pache, 1911, p.293).
b) Matière formée par les couleurs travaillées à même le tableau; p.méton., manière particulière d'un artiste de travailler et de mêler les couleurs. Pâte extraordinaire d'un peintre. Comme modelé et comme pâte, c'est incomparable; l'épaule nue vaut un Corrége (BAUDEL., Salon, 1845, p.14):
4. ... la forme peinte est expressive par la couleur seulement, (...) cette pâte colorée doit être riche et profonde en ses dessous, afin de donner force d'objet à ce qui est fait naturellement des plus fugitives apparences.
ALAIN, Beaux-arts, 1920, p.250.
Peindre dans la pâte, en pleine pâte. Mettre une couche épaisse de couleurs sur la toile et les travailler, les fondre. Dédaigneux des chloroses de l'aquarelle, son unique procédé consistait à peindre à la gouache, en pleine pâte, en exaspérant la violence de ses reliefs de couleur par l'application d'un certain vernis (BLOY, Femme pauvre, 1897, p.134).
Au fig. (Travailler) en pleine pâte. (Travailler) en profondeur, sans lésiner sur les moyens. Neuf chances contre une qu'ils parlent de la bouffe. Brunet ne s'en plaindrait pas: excellent point de départ, la bouffe; c'est simple et concret, c'est vrai: un type qui a faim, ça se travaille en pleine pâte (SARTRE, Mort ds âme, 1949, p.220).
4. GÉOL. Partie des roches microlithiques où apparaissent les cristaux. La nature de la pâte du silex n'était pas non plus une circonstance à dédaigner (BOUCHER DE PERTHES, Antiq. celt., t.1, 1847, p.111).
Prononc. et Orth.:[]. Ac. 1694, 1718: paste; dep. 1740: pâte. Étymol. et Hist.1. 1174-78 «farine détrempée et pétrie» (ETIENNE DE FOUGÈRES, Livre des manières, éd. Lodge, 703: pein de neire paste); spéc. 1778 pâtes d'Italie (PARMENTIER, Le Parfait Boulanger, p.384 ds QUEM. DDL t.12); 1825 pâtes (BRILLAT-SAV., Physiol. goût, p.75); a) XIIIes. en paste «entouré de pâte» (du poisson) (Des III Dames qui troverent l'anel au conte ds MONTAIGLON et RAYNAUD, Fabliaux, VI, 138, 56); 1672, 20 avril comme un coq en pâte «dans une situation confortable et agréable» (Mme DE SÉVIGNÉ, Lettres, éd. La Pléiade, I, 483); b) 1389 en parlant du travail du boulanger (Ph. DE MÉZIÈRES, Vieil Pelerin, 3, 300, 468 cité par G. ROQUES ds Z. rom. Philol. t.98, p.217: que tu mectes la main à la paste dont le pain soustiendra le jeune Moyse); d'où 1486 mettre les mains a la paste «entreprendre un travail» (GUILLAUME ALEXIS, Le Dialogue du crucifix et du Pelerin, éd. A. Piaget et E. Picot, III, 60); 2. p.anal. a) 1495 «préparation médicinale» pâte royale (R. des soc. savantes, t.III, 1878, 180 ds IGLF); b) 1520 «procédé de reproduction d'oeuvres en bas-relief» pate cuite (Inv. de Marguerite d'Autriche, n° 102-103 ds GAY); c) 1557 paste a papier (Secrets d'Alexis, part. 2, liv. 6, fol. 66 v°, ibid.); d) 1688 «composition d'eau et farine mêlées ensemble dont on se sert pour faire tenir les morceaux de cuir des talons» (RICH. t.2); e) 1690 «composition de matières broyées et mêlées utilisées en peinture» (FUR.); f) 1723 pâte molle «espèce de fromage» (SAVARY DES BRUSLONS, Dict.univ. de commerce d'apr. FEW t.8, p.744b); g) 1803 typogr. tomber en pâte «se rompre, se mêler» (BOISTE); 3. 1554 fig. bonne paste de gens «personne facile à vivre» (BONAVENTURE DES PÉRIERS, Nouv. Récréations et Joyeux Devis, V, éd. Kr. Kasprzyk, p.32). Du lat. tardif pasta «pâte (de farine)», IVes., Marcellus Empiricus, empr. au gr. «mets constitué à partir d'un mélange de céréale et fromage» (LIDDELL-SCOTT), neutre subst. de l'adj. «saupoudré». Fréq. abs. littér.:758. Fréq. rel. littér.:XIXes.: a) 702, b) 1127; XXes.: a) 1081, b) 1369.
DÉR. Pâter, verbe intrans., hortic. [Le suj. désigne un fruit] Avoir une consistance pâteuse, farineuse, n'être pas assez juteux. Poire qui pâte. (Dict.XIXe et XXes.). [], (il) pâte []. 1res attest. a) 1680 «coller ensemble des cuirs avec la colle appelée pâte» (RICH.), b) 1703 hortic. (Dict.général des termes propres à l'agriculture d'apr. FEW t.8, p.748a); de pâte, dés. -er.
BBG. —QUEM. DDL t.13. — Sculpt. 1978, p.568 (s.v. pâte à modeler), p.572 (s.v. pâte cuite), p.661 (s.v. pâte gaufrée).

pâte [pɑt] n. f.
ÉTYM. 1226, paste; du bas lat. pasta (Ve), du grec pastê « sauce mêlée de farine », avec infl. de past « repas » → Paître.
A
1 Préparation plus ou moins consistante, à base de farine (cit. 4) délayée dans de l'eau (pâte à pain) ou du lait, additionnée ou non de levain (cit. 1 et 2), d'œufs, d'aromates, de beurre… et que l'on consomme après cuisson. || Boulanger (cit. 1) qui bassine, pétrit, malaxe, enfourne la pâte. || Partager la pâte en pâtons au moyen du coupe-pâte. || Travailler une pâte ( Pâtisser) avec les mains ( Fraser), à la mouvette, au fouet… || Obtenir une pâte claire, liquide, épaisse, homogène, lisse, sans grumeaux ni marrons. || Laisser reposer la pâte. || Pâte qui lève. || Abaisser, étendre la pâte au rouleau ( Abaisse). || Boulette, noix de pâte.Pâte à frire. || Gâteau de pâte frite. Merveille. || Pâte à beignets, à choux, à crêpes, à gaufres, à gnocchi, à nouilles, à tartes. || Pâte brisée, pâte feuilletée. || Feuilletage d'une pâte à pâté, à vol-au-vent. Croûte.Par ext. Préparation composée servant à la confection d'un mets et ayant une certaine consistance. || Pâte sans farine. || Pâte à meringues. || Pâte à croquettes.
1 La boulangerie (…) avait une bonne tiédeur de pâte cuite (…)
Zola, le Ventre de Paris, IV, t. II, p. 31.
2 Ses bras emmanchés de toile blanche disaient qu'elle venait de pétrir la pâte à galette (…)
Colette, la Maison de Claudine, p. 12.
Absolt, en franç. d'Afrique. Boule de céréales (notamment, de mil). Akassa.
2 (1778, Pâtes d'Italie). N. f. || Pâtes alimentaires, ou pâtes : petits morceaux de pâte, souvent allongés, préparés avec de la semoule de blé dur et vendus prêts pour la cuisine. Nouilles. || Pâtes fraîches, sèches. || Pâtes aux œufs (frais). || Acheter un paquet de pâtes. || Variétés de pâtes : pâtes à potage; petites pâtes (alphabets, étoiles, langues-d'oiseau…). Vermicelle.
Pâtes à plats (loc. comm.). Coquillettes, lasagnes, macaroni, nouilles, spaghetti, tagliatelle. || Pâtes à farcir. Cannelloni, ravioli. || Manger des pâtes au gratin, en timbale. || Rôti de porc aux pâtes. || Manger des pâtes tous les jours. || Pâtes à l'italienne, cuites al dente (peu cuites).
3 Le peuple se tuait à la porte des boulangers, tandis que certaines personnes allaient chercher sans émeute des pâtes d'Italie chez les épiciers.
Balzac, le Père Goriot, Pl., t. II, p. 919.
3 Par métaphore, fig. Tempérament, constitution d'une personne.Ils sont de la même pâte. || Être pétri d'une pâte à…
4 (…) vous êtes d'une pâte à vivre jusques à cent ans.
Molière, l'Avare, II, 5.
Être d'une bonne pâte (→ B., 3., plus courant).
4.1 Ah ! bien, reprit-elle, vous êtes encore d'une bonne pâte, vous, ma belle ! (…)
Zola, le Ventre de Paris, t. I, p. 117.
4 Loc. fig. Mettre la main à la pâte : travailler, et spécialt, travailler soi-même à quelque chose.
5 (…) maintenant que la pauvre Estelle n'était plus là pour mener la barque, c'était à lui de se corriger, de mettre sérieusement la main à la pâte, s'il ne voulait pas manger la fortune de sa fille.
Zola, la Terre, IV, IV.
Être comme un coq (cit. 8) en pâte, s'est dit (par allus. à une volaille enfermée dans la pâte d'un pâté) « d'un homme qui est bien couvert et bien chaudement dans son lit, qui ne montre que la tête… » (Furetière), et, par ext. (1694), qui mène une vie très confortable, très heureuse.
6 J'étais comme un coq en pâte. Mais d'abord il ne me plaît pas beaucoup d'être choyé.
Gide, Œdipe, II.
B
1 Préparation, mélange ou substance de consistance plus ou moins molle. || Réduire qqch. en pâte. Broyer; impastation.
6.1 L'union de l'eau et de la terre donne la pâte. La pâte est un des schèmes fondamentaux du matérialisme. Et il nous a toujours paru étrange que la philosophie en ait négligé l'étude. En effet, la pâte nous semble le schème du matérialisme vraiment intime où la forme est évincée, effacée, dissoute. La pâte pose donc les problèmes du matérialisme sous des formes élémentaires puisqu'elle débarrasse notre intuition du souci des formes.
G. Bachelard, l'Eau et les Rêves, IV, V, p. 142.
(1723). || Fromage à pâte dure, ferme, molle, moisie, fermentée, pressée, cuite.Pâte de cacao entrant dans la composition du chocolat.Pâte d'amandes. || Pâte de fruits : friandise molle, très sucrée, faite de fruits. || Pâte de cerises (→ Friandise, cit. 4), de coings… || Motifs en pâte de sucre décorant une pièce montée ( Pastillage).
7 (…) une longe de veau (…) blanche, délicate, et qui sous les dents est une vraie pâte d'amande (…)
Molière, le Bourgeois gentilhomme, IV, 1.
8 (…) devant les confiseries de la rue Vavin, je me pétrifiais, fascinée par l'éclat lumineux des fruits confits, le sourd chatoiement des pâtes de fruits (…)
S. de Beauvoir, Mémoires d'une jeune fille rangée, p. 11.
Pâte de guimauve (cit. 1), de jujube. || Pâte de lichen officinale ( Gelée). || Pâtes pectorales. Pastille.
Pharm. Préparation pour usage externe, moins grasse que la pommade, contenant une grande quantité de poudre (talc, oxyde de zinc, kaolin).Cour. || Pâte dentifrice ( Opiat). || Pâte épilatoire.Vx. || Entretenir (cit. 21) ses mains avec une pâte de senteur.
Colle de pâte.Pâte réfractaire. || Creuset enduit de pâte réfractaire. Brasque. || Boucher les trous d'un ouvrage en bois avec une pâte spéciale. Badigeon. || Pâte d'orseille.Astiquer un chaudron avec une pâte à polir, à cuivre. Crème.
(1893). || Pâte à papier (→ Liant, cit. 4; malaxer, cit. 1; 1. or, cit. 6). || Carton-pâte.
9 Haverkamp tire la feuille, qui est d'un blanc glacé légèrement jaune, avec des stries dans la pâte (…)
J. Romains, les Hommes de bonne volonté, t. V, XIII, p. 95.
(1520). || La pâte (d'une porcelaine). || Appliquer un engobe sur une pâte céramique. || Modeler une pâte par coulage. Barbotine. || Pâte de porcelaine (→ Creuset, cit. 1; cuire, cit. 21). || Biscuit en pâte dure ( Kaolin). || Service en pâte tendre de Sèvres, en matière argileuse plastique (→ 2. Facture, cit. 1).
Pâte à modeler. || Enfant qui façonne des personnages avec de la pâte à modeler de toutes les couleurs. || Boîte, bâtons de pâte à modeler. || Pâte à sel : pâte à base de farine et de sel, qui durcit à la cuisson et qui sert au modelage, comme la pâte à modeler. Par métonymie. || Les enfants font de la pâte à sel : du modelage avec cette pâte.
Pâte de verre.
(Métaphore de B., 1.; 1838). || Pâte de riz : verre blanc translucide, sorte d'opaline.
(1932). Typogr. || Pâte à polycopier : mastic à base de gélatine. Absolt. || Tirer des copies à la pâte.
(1690). Peint. Masse de couleurs préparées sur la palette ou appliquées sur un support et travaillées pour constituer la matière d'une peinture. Empâtement. || Peindre en pleine pâte, dans la pâte, couvrir la toile d'épaisses couches de couleurs qu'on modèle encore fraîches. || Demi pâte (ou demi-pâte), glacis auquel on a ajouté « du blanc et quelque couleur opaque » (A. Lhote).Ce peintre a une pâte extraordinaire.
10 Le peintre dispose sur un plan des pâtes colorées dont les lignes de séparation, les épaisseurs, les fusions et les heurts doivent lui servir à s'exprimer.
Valéry, Variété I, p. 261.
11 (Un) procédé de travail de la pâte consiste à la triturer largement, à l'aplatir au couteau à palette et à lui donner des sonorités mates de cuir précieux et de velours.
A. Lhote, in Encycl. franç. (de Monzie), Composition du tableau, XVI, 30-11.
Par métaphore. || En pleine pâte : dans toute la richesse et l'épaisseur du concret, de la vie.
11.1 J'ai vu les choses telles qu'elles sont. J'ai travaillé en pleine pâte, dans une vie où rien ne sonnait le creux, toute chaude d'aventures.
Montherlant, in G. L. L. F.
Substance destinée à prendre les empreintes des maxillaires avant exécution d'un travail de prothèse. || Pâte à empreintes.
2 (Employé seul). Matière molle, collante. Bouillie, mortier. || On nous a servi du riz trop cuit, une vraie pâte.
12 (…) on ne regarde que par terre, la vase où l'on glisse. — Mince de bouillasse ! À travers champs, on pétrit et on écrase une pâte consistante visqueuse qui s'étale et reflue sans cesse devant les pas.
H. Barbusse, le Feu, II, XXIII.
(1803). Techn. || Composition, forme tombée en pâte, renversée accidentellement, de telle sorte que les caractères se mélangent. Pâté.
3 (V. 1534). Vieilli. Une bonne pâte d'homme, de femme… : un homme, une femme… débonnaire, de caractère accommodant et de commerce facile (→ Crème).
13 (…) je suis de ces bonnes pâtes de filles qui revoient toujours avec plaisir un fripon qu'elles ont aimé.
A. R. Lesage, Gil Blas, VII, VI.
14 Enfin, le Polonais était la meilleure pâte d'homme qu'une écuyère pût rencontrer : point tracassier, point jaloux, laissant à Malaga toute sa liberté.
Balzac, la Fausse Maîtresse, Pl., t. II, p. 42.
Mod. || C'est une bonne pâte.Adj. || Elle est trop bonne pâte.
15 Il a, d'ailleurs, cédé tout de suite, sans discussion. Il m'obéit, j'en suis sûr. Je n'ai jamais rencontré de sujet plus docile : une très bonne pâte.
Bernanos, Sous le soleil de Satan, I, III.
Une pâte molle : une personne sans caractère, soumise à toutes les influences.
DÉR. et COMP. Carton-pâte (V. Carton), coupe-pâte, demi-pâte (V. ci-dessus, supra cit. 10), ramasse-pâte. Empâter. Pâté, pâtée, pâteux, pâton. (Du même rad.) V. 1. Pastel, pastiche, pastis, pâtisser.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • pâte — pâte …   Dictionnaire des rimes

  • pâté — pâté …   Dictionnaire des rimes

  • pâté — pâte [ pat ] n. f. • paste 1226; bas lat. pasta; gr. pastê « sauce mêlée de farine » A ♦ 1 ♦ Préparation plus ou moins consistante, à base de farine délayée (additionnée ou non de levain, d œufs, d aromates, de beurre) que l on consomme après… …   Encyclopédie Universelle

  • Paté — Pâté  Pour l’article homophone, voir Pathé. Pour les articles homonymes, voir terrine …   Wikipédia en Français

  • Paté — Saltar a navegación, búsqueda Diversos patés y terrinas. Se llama paté (del francés pâté) a un tipo de pasta untable elaborada habitualmente a partir de carne e hígado (si bien existen versiones vegetarianas) que suele servirse sobre tostadas …   Wikipedia Español

  • Pate — may refer to:plate as well. as in a plate of sustenance. The following quote is from the Third Plenary Council of Baltimore, a book designed for Cathlic Laity and published by the Holy Apostolic See. Psalm 7 from the Burial of the Dead. 17th… …   Wikipedia

  • Pâté — (French pronunciation: IPA| [pɑte] ; RP pronunciation: IPA| [ˈpæteɪ] ; General American pronunciation IPA| [pɑˈteɪ] ). Pâté is a French word which means a mixture of minced meat and fat. Pâté is a form of spreadable paste, usually made from meat… …   Wikipedia

  • Pate — ist ein Ehrenamt in christlichen Kirchen. Der Taufpate bzw. die Taufpatin begleitet oder trägt den Täufling bei der Taufe und ist Zeuge der Sakramentenspendung. Sein/ ihr Name wird im Kirchenbuch vermerkt. Der Begriff Pate kommt vom lateinischen… …   Deutsch Wikipedia

  • Pate, — Pate, Paté Ou encore Pâte, Pâté. Difficile de faire la différence géographiquement entre les formes avec ou sans é final. Le nom se rencontre surtout dans la Marne, la Seine Maritime et l Oise. On pensera d abord à celui qui fabrique des pâtés… …   Noms de famille

  • Pate — Pate. Obersächsisch – thüringisch Einem die Paten sagen: ihm die Wahrheit sagen, ihn ausschelten; ähnlich wie: ›ihm die Leviten lesen‹, ⇨ Leviten. Die Herleitung von Pate = Taufzeuge ist unsicher, denn seine Paten sollte eigentlich jedermann… …   Das Wörterbuch der Idiome